Le VILLAGE D’EVA est un projet né de la rencontre de Fernand BEYENE et Aurélie ARRIBAT lors de la visite d’un candidat à l’élection présidentielle à Mayotte en 2011.
association le village d eva mayotte

Dr Aurélie ARRIBAT, Médecin Urgentiste, qui venait d’arriver à Mayotte, souhaitait faire part au candidat à l’élection présidentielle française de 2012 du drame social des mineurs isolés à Mayotte qui arrivaient aux urgences sans représentant légal et livrés à eux-mêmes. Fort de ce constat, elle entreprit de se rendre au siège de l’entreprise dirigée par Fernand BEYENE où le candidat se rendait.

le village d eva association pour les enfants des rues de Mayottte

En 2009, Fernand BEYENE avait déjà alerté les autorités locales à travers un article de presse et des interviews radios sur la souffrance des mineurs isolés et le danger de laisser errer des jeunes dans les rues à Mayotte. « La crainte d’un appel d’air des clandestins par la construction d’un centre est moins grave que la délinquance qui résultera de l’abandon de ces derniers dans nos rues. Les jeunes doivent aller à l’école. Clandestins ou pas, il faut respecter la loi qui oblige les jeunes de 06 à 16 ans à être scolarisé pour faire reculer la délinquance et en faire des citoyens intégrés. » avait-il alors souligné. Quatre ans plus tard, Mayotte compte une délinquance juvénile sans cesse en croissance : une progression supérieure à 11% entre 2011 et 2013, 7458 faits de délinquance en 2013 (Source préfecture) dont 36% serait le fait de mineurs. En 2014, une progression derechef de 7% venait marquer les esprits avec une réalité : la délinquance ne recule désormais plus à Mayotte.

Observant le laisser-faire généralisé, l’indifférence des populations et le sous-dimensionnement associatif, le duo s’est mit à travailler sur cette problématique en se positionnant sur le volet sensibilisation et éveil des consciences : “Mayotte ne se développera jamais sans avoir résolu le problème de l’errance infantile. La situation sanitaire, politique et économique de Mayotte ne pourra pas évoluer tant que les politiques continueront d’ignorer ce phénomène faisant ainsi du 101ème département français une poudrière incontrôlable. Il est temps d’anticiper et de trouver des solutions rapidement. La première est de scolariser, tous ces jeunes et la seconde lutter contre l’oisiveté. Comment comprendre que Mayotte ne compte pas d’air de jeux, de piscines municipales…”. EVA est un acronyme médical (Echelle Visuelle Analogique) qui désigne une échelle (graduée de 0 à 10) utilisée par les soignants pour évaluer la douleur de leurs patients. Ce terme est repris par les fondateurs dans le but d’évaluer la souffrance des enfants de la rue afin d’y remédier. Il s’agit d’un baromètre de la souffrance de la jeunesse à Mayotte qui doit permettre d’évaluer la prise en charge des jeunes dans les 17 communes et les efforts mis en place pour les jeunes.